25 novembre 2017

Un artiste engagé...

Un artiste engagé...

Keith Haring 

 

 

Je choisis aujourd'hui de vous présenter un auteur dont le nom nous échappe mais dont les personnages aux formes minimalistes nous parlent. Il s'agit de Keith Haring, un jeune artiste, peintre, sculpteur et dessinateur qui a quitté ce monde bien trop tôt à l'âge de 31 ans suite à des complications dues à sa maladie, le sida.

Malgré cela, je trouve cet homme au parcours déroutant tout à fait admirable et ses combats se retrouvent tellement dans ses œuvres que certaines nous laissent même perplexe de par leur simplicité.

Celle que je vous présente aujourd'hui est "Crack is wack", la traduction littérale de "La drogue est une connerie", peinte sur un panneau situé dans le East Harlem à New York, datant de 1986. L'origine de cette œuvre de street art est le décès causé par une overdose d'un proche de Haring. En effet, la cocaïne circulait énormément dans la ville de New York à cette période.

Cette œuvre est associée à une anecdote qui et assez amusante. L’oeuvre après avoir été peinte en une journée a valu une amende minime de 25$ à Keith Haring, mais malgré cela, la municipalité n’a pas considéré pas cet acte comme du vandalisme "à grande échelle".

Quelques temps après son œuvre est vandalisée par un anonyme, une situation des plus ironiques car il s'agit de l'arroseur arrosé, un acte de vandalisme sur un acte de vandalisme. La municipalité offre alors au graphiste de repeindre à nouveau son œuvre de l'autre côté du mur. Le parc dans lequel est située sa peinture est même rebaptisé "Crack is wack playground", un bel hommage à l'artiste. 

oeuvre vandalisée

Parmi d'innombrables œuvres j'ai voulu présenter celle-ci car elle se démarque. On retrouve effectivement une couleur particulièrement vive, le rouge mais c'est également la seule couleur de cette œuvre. Le code couleur est bien significatif du "danger" qu'engendre la prise de drogues. De plus ce ne sont plus des dessins aux traits simples mais des os, des têtes de morts qui volent. On retrouve une sorte de monstre qui pourrait représenter un des effets psychotiques de la drogue que s'apprête à avaler un des personnages. On retrouve également quelques symboles, tel que la Croix : la drogue va à l'encontre de la religion. Le billet qui s'enflamme signifie que mettre de l'argent dans la drogue c'est "flamber" celui-ci pour rien. On voit aussi une pipe à eau qui propage un énorme nuage de fumée dans lequel "crack is wack" est inscrit.

La fresque a été rénovée en 2007, elle est protégée et c'est d'ailleurs la seule qui subsiste encore de Keith Haring. Elle se trouve à la 128eme rue au coin de la 11e avenue à New York. 

 Lola François, 2nde1

 

 

 

 

 

Posté par Litsoc à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un artiste engagé...

Un artiste engagé...
Keith Harring
Keith Haring est un street artiste américain né le 4 mai 1958. Il grandit dans une famille de dessinateur qui l'encourage à suivre sa passion. A l'âge de 18ans il entre dans une école de dessin publicitaire sous l'incitation de ses parents mais se rend vite compte que ça ne lui convient pas. Quelque temps après, ce jeune drogué décide de partir là ou tout est possible: New york.
Là bas, il intègre une autre école de dessin dans laquelle il expérimente d'autres formes d'art comme le collage, la sculpture, le montage etc... Pour exposer son art au monde, il décide alors d'aller dessiner sur les panneaux publicitaire dans le métro. En confiant ses œuvres à un galeriste, il se fait remarquer par plusieurs personnalité comme notamment Madonna. En 1988, Keith Haring a était diagnostiqué porteur du SIDA, c'est alors qu'il décide de militer contre le racisme, l'apartheid, l'homophobie, la discrimination, le nucléaire etc...
Il meurt à 31ans le 16 février 1990.

Pralas Léa 2°15

Posté par Litsoc à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 septembre 2017

Un artiste engagé...

Un artiste engagé... : Calogero

L’artiste Calogero dénonce l’homophobie et la peur de parler de son homosexualité à ses proches dans sa chanson « J’ai le droit aussi ».

Cette chanson met en scène le rôle d’un adolescent amoureux d’un autre, ne trouvant pas sa place à cause de l’homophobie dans cette société, du regard des autres ou de leurs commentaires.

C’est une très belle chanson sur la tolérance, avec des paroles simples qui font comprendre la détresse de cet adolescent.

« Que diront les gens 

Il plaindront mes pauvres parents 
Que dire à ces gens 
Qui me trouvent trop différent »

Avec ce genre de paroles, Calogero encourage donc les homosexuels à ne plus avoir honte et à faire leur coming-out.

Calogero - J'ai le droit aussi

Romane MOURLOT 2nd15
Natasha JAMA 2nd15

Posté par Litsoc à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,